Nature, mythologie nordique, et cimetières allemands

De passage en Artois pour une conférence, j’en ai profité pour visiter une série de lieux de mémoire que je ne connaissais pas encore. À Neuville-Saint-Vaast, j’ai découvert une série de sites intéressants, qui n’ont peut-être pas encore tout livré de leur histoire. Peut-être m’aiderez-vous à résoudre le mystère des ornements de la table d’orientation qui se trouve à l’entrée du cimetière allemand de la Maison Blanche ?

Table d'orientation du cimetière de la Maison Blanche à Neuville-St-Vaast. Photo Isabelle Masson-Loodts / Paysages en Bataille

Table d’orientation du cimetière de la Maison Blanche à Neuville-St-Vaast. Photo Isabelle Masson-Loodts / Paysages en Bataille

Sur les 4 faces latérales de cette pierre carrée sont représentées des scènes mêlant des figures humaines endormies/mortes, qui semblent émerger de terre, dans une nature foisonnante…

IMG_20170414_124632

Face 1, de g. à dr.: un bras émergeant du sol et une face contre terre, un cep de vigne, une plante non identifiée ressemblant à du maïs, un bébé sous une jambe, une fleur non identifiée, un visage et un bras, un mustélidé (martre?), des coquelicots, du blé. Photo Isabelle Masson-Loodts/Paysages en bataille

IMG_20170414_124715

Face 2, de g. à dr.: fleur de la famille des campanules ou lys (?), plante non identifiée, visage et bras d’une personne qui a l’air endormie plutôt que morte, plante non identifiée d’aspect exotique (palmier?), 2 visages qui ressemblent à un couple enlacé, unegrenouille vue du dessus (?), un autre visage, un lézard. Photo Isabelle Masson-Loodts/ Paysages en Bataille

IMG_20170414_124732

Face 3, de g. à dr.: pavots, plantes non identifiées, genou et main émergeant de terre autour d’une fleur non identifiée, phrase « Namen aller Wegen Mutter », visage et bras d’un défunt, sceau de Salomon (Polygonatum multiflorum ?), bras, sorte de signature composée de 3/4 lettres, oignons (ou autres bulbes?), silhouette agenouillée, trèfles. Photo Isabelle Masson-Loodts/Paysages en Bataille.

IMG_20170414_124743

Face 4, de g. à dr. : silhouette allongée, plante non identifiée (de la famille du lys?), visage contre terre, tulipe, plante non identifiée (ressemble à du plantain?), visage entouré de bras. Cette photo n’est pas de très bonne qualité mais l’ouvre elle-même semble aussi étrangement moins travaillée sur cette face. Photo Isabelle Masson-Loodts/Paysages en Bataille.

À quoi font allusion ces représentations ? Quand ont-elles été réalisées ?

Le cimetière allemand de la Maison Blanche a été créé de 1919 à 1923. Il s’agit du plus grand cimetière allemand sur le sol français : il contient les dépouilles de 44 833 soldats, soit un peu moins que celui de Menin, en Belgique, où sont enterrés les restes de 48 049 soldats. Dans les premières années, l’aménagement de cette nécropole fut rudimentaire. Ce n’est qu’en 1926 que le VDK (Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge), Service d’entretien des sépultures militaires allemandes, subventionné par l’Etat fédéral allemand, enfin autorisé par la France à intervenir sur son territoire, aménagea ce champs funéraire, resté jusque là non clos.

Maison Blanche Neuville Saint Vaast 3

 

Le VDK, fondé en 1919, a confié la définition des règles d’aménagement des cimetières militaires allemands en terre étrangère à un architecte de Munich, Robert Tischler. C’est à cet ancien combattant devenu architecte en chef du VDK en 1926 que l’on doit la mise en scène austère de ces nécropoles intégrées au paysage comme nulles autres. La nature y est prédominante, et les arbres en particulier y ont une place importante. Le décor forestier qui y a été créé est une évocation symbolique de la mythologie nordique au sein de laquelle les guerriers valeureux rejoignent les forêts du Valhalla après leur mort.

IMG_20170414_125217

Le cimetière de la Maison Blanche, avril 2017. Photo Isabelle Masson-Loodts/Paysages en Bataille.

Dès le début de la Grande Guerre, l’architecte Willy Lange avait élaboré le concept de Heldenhaine ou « bois des héros », qui consistait, ainsi que l’explique Antoine Prost, à « planter un chêne sur la tombe de chaque héros, comme si la force de cet arbre considéré comme typiquement allemand, grandissant d’âge en âge, symbolisait la vie née du sacrifice et justifiait ainsi la mort  » (voir Prost Antoine, « Les cimetières militaires de la Grande Guerre, 1914-1940 », Le Mouvement Social, 4/2011 (n° 237), p. 135-151). Approuvé par le Ministre de l’Intérieur allemand en 1915, ce projet ne put être entièrement réalisé, malgré le soutien du Maréchal von Hindenburg qui voyait l’arbre comme un « symbole de force individuelle et commune ». Mais cette utopie est indubitablement à l’origine de l’aspect boisé et relativement sauvage des cimetières allemands.

IMG_20170414_125109

Le cimetière de la Maison Blanche, avril 2017. Photo Isabelle Masson-Loodts/Paysages en Bataille.

Ces explications sont récurrentes dans les nombreux ouvrages décrivant les caractéristiques, différentes selon les nations, des nécropoles héritées de la Première Guerre mondiale. Mais jamais je n’avais encore vu un objet témoigner de l’attachement allemand à cette mythologie nordique de façon aussi imagée que cette table d’orientation. Il reste néanmoins aujourd’hui à élucider quelques mystères pour valider l’hypothèse que cette oeuvre est bel et bien une matérialisation de la conception allemande des cimetières militaires de 14-18 : quand a été sculptée cette table, et par qui ? Il semble que l’entrée monumentale qui abrite cette pierre ait été construite lors des réaménagements du cimetière entrepris de 1975 à 1983 par le Volksbund. La pierre date-t-elle des origines du cimetière, ou de cette période ? Ce qui serait alors étonnant, car si on s’en réfère au livre de George Mosse, « De la Grande Guerre au totalitarisme » (Ed. Fayard, 2015), ces références à la nature ont été particulièrement liées à des idéaux nationalistes en Allemagne… À moins que l’artiste n’ait interprété ce lien au monde naturel que d’un point de vue artistique et symbolique ? Tout élément de réponse est le bienvenu !

 

Tags: , , , , ,

Pas de commentaire

Laisser un commentaire


− 2 = six