Les chiffres du paysage de la Grande Guerre en Belgique

L'heure des bilans, Fabienne Loodts @Paysagesenbataile.be

L’heure des bilans, Fabienne Loodts @Paysagesenbataile.be

Ernest Mahaim, auteur de « La Belgique restaurée » (Ed. M. Lamartin, 1926), donne une vue d’ensemble de la Belgique, à l’heure des bilans d’après-guerre :

  • 100.000 immeubles détruits ou gravement endommagés
  • 1300 édifices publics à reconstruire
  • 40.367 soldats tués ou morts de leurs blessures ou de maladies
  • Entre 36000 et 50 000 mutilés et invalides
  • Environ 100.000 hectares de terres bouleversées par les obus, couvertes de fils barbelés ou inondées
  • Le cheptel de chevaux et de bêtes à cornes réduit de moitié, celui de porcs diminué de deux tiers
  • 26 des 57 hauts fourneaux dévastés
  • 1100 kilomètres de chemins de fer détruits
  • 1419 ouvrages d’art démolis

Certaines villes comme Visé, Dinant, ou Louvain ont beaucoup souffert de la guerre, mais la majorité des destructions ont eu lieu en Flandre Occidentale, où le front s’est figé sur 60 kilomètres de long durant 4 ans.

Dans un texte sur « La reconstruction des régions dévastées », Sven Carnel (Membre de la Société d’Histoire de Comines-Warneton et de la Région) rappelle les mots utilisés par l’inspecteur M. Miserez dans son rapport de 1921 au ministre de l’Agriculture : « Un silence de mort plane au-dessus de l’immense plaine où dorment 62 villages et 3 villes jadis riches et prospères. (…) Seuls, au milieu de ce néant, des troncs d’arbres apparaissent, dressant vers le ciel de lamentables moignons de branches hachés par la mitraille. Tout le polder est sous eau et les vagues de la mer s’avancent à quarante kilomètres vers l’intérieur du pays (…). C’est un désastre à nul autre pareil. (…) De toutes parts, des obus non explosés jonchent le sol (…) 300 000 habitants de ce pays sont sans foyer et sans ressources. Maudite guerre ! »

Tags: , ,

Pas de commentaire

Laisser un commentaire


six + = 14