La « guerre des pieds »

Cette semaine, de passage dans la région montoise, j’ai eu l’occasion de parcourir très rapidement le Mons Memorial Museum. C’est évidemment la section consacrée à la Grande Guerre que j’étais impatiente de découvrir. Je dois dire que je n’ai pas été déçue : le tout nouveau musée est superbe, et 40% de celui-ci est dédié à la période de 14-18.

La scénographie met magnifiquement en valeur des pièces qui permettent de relier l’histoire locale aux événements mondiaux. Les documents d’archives et objets sont judicieusement choisis et mis en lumière, notamment grâce au recours à de nouvelles technologies variées (projection 3D, « serious game », table interactive)… Je n’ai pas eu le temps de toutes les découvrir et y retournerai très certainement pour cela. Je regrette de n’avoir pas eu le temps de m’immerger dans l’installation sonore qui jouxte les vitrines illustrant la fameuse légende des anges de Mons.

J’aime en tout cas beaucoup ce type de musée qui se découvre comme un documentaire : on n’est pas ici devant une collection de pièces visant à transmettre un savoir encyclopédique, mais plutôt face à une choix de pièces marquantes, choisies pour le propos qu’elles permettent de développer.

J’ai apprécié par exemple cette vitrine parlant de la « guerre des pieds » autour d’une impressionnante paire de sur-chaussures portées sur le front de l’Est par les soldats allemands : « Dans la guerre des tranchés, seul le front est fixe. Les soldats par contre se déplacent beaucoup. Ce ne sont plus les grands trajets stratégiques en train ou en bateau, ni les centaines de kilomètres de marche harassante de l’été 1914, mais de continuelles allées et venues à pied entre les premières lignes et l’arrière, indispensables pour acheminer ravitaillement, munitions et courrier, relever les unités ou évacuer les blessés. Le poids du matériel et l’état des sentiers précaires qui mènent au front rendent ces déplacements très éprouvants. La tranchée elle-même est une voie de communication qui ne vaut guère mieux. Le froid, l’humidité et le manque d’hygiène risquent en permanence de provoquer le « pied de tranchée », une infection qui peut conduire à l’amputation. »

Pour en savoir plus sur ce magnifique nouveau musée, regardez cette vidéo.

Mons Memorial Museum, 51, Boulevard Dolez, 7000 Mons, T. 0032(0)65.39.59.39, http://www.monsmemorialmuseum.mons.be/

Accessible du mardi au dimanche de 10h à 18h

 

Tags: , ,

Pas de commentaire

Laisser un commentaire


7 × = cinquante six