15 kilomètres à Plugstreet

Il faisait radieux ce 13 mars lors de la première randonnée de l’équipe « The Full Poppies » à Ploegsteert. Voici un petit aperçu de cette belle journée…

À dix heures, tous les randonneurs se sont retrouvés devant le centre d’interprétation Plugstreet 14-18 Experience. Sous la pyramide de verre, on peut voir une belle expo permanente dans laquelle sont notamment présentés des dessins de Bruce Bairnsfather, le lieutenant britannique sur les traces duquel nous avons décidé de marcher… Nous étions une petite quinzaine de marcheurs, parmi lesquels quelques enfants et Joël Lindeboom, habitant de la région, et très bon connaisseur de l’histoire locale. J’avais correspondu précédemment avec Joël au sujet d’un frêne centenaire qu’il essaye de sauver à Comines. J’étais donc très heureuse de le rencontrer enfin! Nous avons laissé nos voitures sur place, et après un mot d’introduction, nous nous sommes mis en route.

Moins connu que le secteur d’Ypres, le secteur de Ploegsteert est pourtant très riche en vestiges de 14-18. La zone du bois du Gheer et ses alentours sont truffés de traces de la guerre encore apparentes. Le décor est aussi particulièrement bucolique, de sorte que la balade est aussi intéressante qu’agréable. Le long de la route de Messines, près du Strand Military Cemetery, on peut voir un abri en béton qui sert sans doute de remise de jardin. Bel exemple d’ appropriation des ouvrages de guerre par la population locale.

Une fois entrés dans le bois du Gheer, nous avons suivi le Chemin du Crampon et fait une halte au niveau d’un des vestiges d’un blockhaus qui le borde. Ce fut l’occasion d’évoquer l’histoire de ce bois et plus largement des zones forestières et des arbres durant la Grande Guerre. Les soldats britanniques connaissant très peu la langue française renommèrent les lieux de noms évoquant des quartiers londoniens.  Ce moyen leur permit de communiquer aisément et de désigner l’ensemble des positions britanniques et allemandes.  Nous avons aussi parlé des Violettes de Plugstreet, un poème écrit en ces lieux par le soldat Roland Leighton

 

Un des ouvrages bétonnés encore présents dans le bois.

Un des ouvrages bétonnés encore présents dans le bois.

En sortant du bois, le Chemin du Crampon débouche sur une vue panoramique intéressante: face à nous s’élève une petite colline au-dessus de laquelle on aperçoit quelques ruines. Ce sont les seuls vestiges du château de La Hutte. Nous y passerons à la fin de la promenade, mais d’ici, on comprend parfaitement quel rôle stratégique dût avoir cette proéminence durant la guerre.

Après avoir longé le bois sur quelques centaines de mètres, nous y pénétrons à nouveau pour y visiter les 3 cimetières de Toronto Avenue, Ploegsteert Wood et Riffle House.

Ressortis du bois, nous faisons une halte près du Mémorial de la trêve de Noël. Les environs du Prowse Point Cemetery ont bien changé depuis le début du centenaire. Le monument inauguré en 2014 par l’UEFA laisse croire qu’un match de foot aurait été joué là lors des fraternisations entre Allemands et Britanniques de Noël 1914. En réalité, non seulement l’endroit de la trêve se trouve plus loin, mais le fait que les belligérants des 2 camps aient shooté dans le même ballon reste un sujet très polémique. Des tranchées de reconstitution ont aussi été creusées juste à côté du monument. En septembre 2015, ce décor a été « complété » par un blockhaus anglais déménagé d’un terrain où il gênait un agriculteur… Cette modification du paysage méritait bien un décodage.

 

 

Nous traversons ensuite le hameau de Saint-Yvon et faisons halte près de la croix qui marque le véritable emplacement de la trêve de Noël 1914. On peut situer ces événements de manière précise grâce au plan qui a été dressé à l’époque par le lieutenant Bruce Bairnsfather. Témoin de la scène, celui-ci l’a aussi relatée dans se dessins et ses notes. Plus loin, nous croisons la maison dans la cave de laquelle cet artiste combattant a réalisé ses premiers cartoons de scènes de la vie dans les tranchées. Ce secteur était à l’époque tellement couvert de barbelés que les Britanniques l’ont surnommé « the birdcage », la cage aux oiseaux…

C’est dans ce champ que notre compagnon de randonnée du jour, Joël Lindeboom, a trouvé un petit verre,  datant sans doute de l’époque… Pour honorer la tradition qu’il pratique depuis cette découverte, nous avons trinqué avec lui à la mémoire des soldats disparus!

 

De part et d’autre de la route de la Riche rue, on peut apercevoir les cratères Ultimo et Factory Farm, issus tous deux des explosions de mine qui ouvrirent la seconde bataille de Messines, le 7 juin 1917…

Capture d’écran 2016-03-12 à 21.19.00

Images Lidar des cratères Ultimo et Factory Farm disponibles sur le Géoportail de Wallonie. Le Lidar est un radar aérien qui enregistre les niveaux du sol sous la végétation.

La suite de la balade nous offre des vues panoramiques exceptionnelles sur Messines. Nous revenons au point de départ en passant par la crête sur laquelle se trouvait le château de La Hutte, dont l’histoire est passionnante. Le château Breuvart fut détruit peu après le début des hostilités, en 1915.  Cette riche demeure, résidence secondaire d’une importante famille d’industriels armentiérois, servit de poste d’observation à l’armée britannique.

Depuis cet emplacement, on peut voir la vallée de la Douve, le Parc de la Paix de Messines, sa tour irlandaise et son l’église Saint-Nicolas.

Au loin, on distingue aussi Wulvergem et les Monts de Flandre, d’autres lieux stratégiques de la Grande Guerre.

IMG_20160313_145225Nous redescendons ensuite vers le Mémorial de Ploegsteert par un sentier dont les dalles ont été foulées par les soldats eux-mêmes. Sur ce flanc de colline s’ouvraient durant les « catacombes », cantonnement souterrains creusés par les troupes australiennes, aujourd’hui inaccessibles, mais qui pouvaient accueillir jusqu’à 1200 hommes.

 

Fatigués mais heureux du chemin parcouru, nous nous sommes ensuite posés à l’Auberge de Ploegsteert pour boire un verre.

Le tracé de notre randonnée à Ploegsteert peut être consulté et téléchargé sur le site Routeyou. Pour plus d’infos ou une marche accompagnée de nos commentaires, n’hésitez pas à nous contacter!

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire


× cinq = 45